Bibliothèque Louise Michel : liberté, diversité, culture…


Entrée en matière

L’esprit de Louise Michel

En guise de prologue, voici deux citations inspirantes de Louise Michel qui peuvent s’appliquer à l’esprit de cette bibliothèque éponyme.

« Chacun cherche sa route ; nous cherchons la nôtre et nous pensons que le jour où le règne de la liberté et de l’égalité sera arrivé, le genre humain sera heureux. » (Le chant des captifs)

« On ne peut pas tuer l’idée à coups de canon ni lui mettre les poucettes. » (La Commune)

 

Rencontre du 3e lieu…

Dans la série « Bibliothèques inspirantes », j’ai visité la Bibliothèque Louise Michel dans le 20e arrondissement à Paris. Reçue par Julien Prost, responsable adjoint de la bibliothèque qui m’a très gentiment reçue et expliqué – malgré l’affluence du samedi matin – l’esprit et le fonctionnement de cette bibliothèque pas comme les autres. Qu’il en soit ici remercié !

 

3e lieu, du concept à sa réalisation

La bibliothèque troisième lieu

Concept sociologique développé par Ray Oldenburg (sociologie urbaine) aux Etats-Unis au début des années 80 est partie d’un constat de désocialisation de la société…

Popularisé en France par le mémoire de Mathilde Servet (janvier 2009) pour l’obtention du diplôme de conservateur des bibliothèques qui y définit les caractéristiques principales de la bibliothèque troisième lieu avec accessibilité du lieu, importance du lien social et une approche culturelle alternative.

 

Constat de départ et création de la bibliothèque Louise Michel

Ouverte en mars 2011 (elle a donc 7 ans, l’âge de raison), sur le constat des 12% d’inscrits dans le réseau parisien (même si ce chiffre ne prend pas forcément en compte une frange de personnes non inscrites mais qui fréquentent tout de même les bibliothèques), la bibliothèque Louise Michel est « un lieu de vie qui se veut profondément inscrit dans son quartier, un endroit ouvert à tous (de 0 à 150 ans) où l’on doit se sentir bien, accueilli choyé, aimé et respecté. » (Voir La bibliothèque la plus cool de la rue des Haies)

Une vidéo Inauguration de la bibliothèque Louise Michel sur Viméo (durée 3 :05) en explicite les enjeux et l’esprit en mettant l’accent sur l’histoire du quartier et sa métamorphose.

Inauguration de la bibliothèque Louise Michel from Bruno Albanti on Vimeo.

Cette bibliothèque n’est pas éloignée géographiquement de la bibliothèque aux conceptions plus classiques du 20e qu’est la bibliothèque Marguerite Duras mais ne lui porte pas ombrage ayant des objectifs de troisième lieu entre domicile et travail et surtout vecteur de lien social. C’est grâce à cet aspect de lieu de vie et d’appropriation de l’espace que le pourcentage de fréquentation a sensiblement augmenté pour atteindre 25% d’inscrits dans le quartier de la bibliothèque. Julien Prost m’explique que le 20e est un arrondissement de mixité sociale et de diversité culturelle et que la bibliothèque cherche à favoriser rencontres et échanges d’où sa polyvalence.

Gros plan sur la bibliothèque Louise Michel

Architecture et espaces

Le lieu est visible de la rue et possède une grande baie vitrée qui donne sur un jardin où a lieu un samedi sur deux le Café de Louise, « café littéraire coanimé par les bibliothécaires et les usagers ».


Le décloisonnement est à l’honneur puisque les documents sont dans leur grande majorité sur des rayonnages placés sur les murs alors qu’au centre, on a privilégié l’ouverture et des meubles bas afin de favoriser l’ouverture sur 360°. Des plantes à l’extérieur mais aussi à l’intérieur de la bibliothèque et des espaces diversifiés allant de la ludothèque à un espace petits enfants avec des tapis.

La banque d’accueil est ouverte participant ainsi au décloisonnement et aux liens et échanges. L’impression qui domine est celle d’ouverture, de liberté et de convivialité.

Le côté lieu pas imposant (« low profile ») à l’opposé de la bibliothèque-sanctuaire est ce qui est recherché. Y sont recherchés le lieu rassembleur de gens où chacun se sent libre et où le sentiment d’appartenance est prégnant. Chaleur des rapports humains, espaces favorisant la diversité et la communauté vivante dans tous ses aspects sont des objectifs atteints : on peut y manger, y téléphoner discrètement et y vivre à condition de respecter les usagers, les lieux, les équipements et le personnel.

Fonds et accès aux documents

Les documents sont présentés de façon aérée et leur valorisation est un objectif constant des bibliothécaires. Le fonds est essentiellement dédié à la fiction (80%) et les documentaires ne représentent que les 20% restants. La diversité est perceptible dans la signalétique des fictions comme le montre la photo ci-dessous qui valorise les auteurs de littérature étrangère.

 

Les cotes sont en clair avec des termes accessibles à tous et à toutes et la Dewey (classification décimale, langage documentaire utilisée pour se repérer dans les bibliothèques) est volontairement oubliée pour faciliter l’accès aux documents. Ainsi « langage naturel » et code couleur rendent les cotes beaucoup plus compréhensibles.

Le partage est encouragé pour tout type de recueil : une grainothèque désormais classique dans les bibliothèques mais aussi une « bibelothèque » permettant de se débarrasser des bibelots mais permettant échanges et curiosité (géographique, culturelle, artistique…).

 

 Accueil et activités

Du « Ciné des habitants » au jardin partagé en passant par l’aide aux devoirs, la bibliothèque facilite de nombreuses activités et co-construit avec ses usagers activités, fonds et services. L’accueil est individualisé et ce qui importe pour l’équipe est de passer du temps avec les gens. Dans cette optique, l’automatisation des retours permet de libérer du temps d’échange car c’est bien la relation humaine qui est au centre de cette bibliothèque.

Les activités sont nombreuses et l’équipe s’adapte aux besoins des usagers : jeux de rôle, cinéclub, activités autour du livre comme la lecture aux plus petits ou le rôle d’aide-bibliothécaire… mais également des activités participatives comme le troc des plantes, le jardinage ou des ateliers pour apprendre à (tricoter, cuisiner, créer avec des perles…)

Enfin, au croisement des activités du fonds et de l’ouverture sur le quartier et l’art, il y avait lors de mon passage un hommage à un street artist du quartier.

 

Pour aller plus loin

Bibliothèque, troisième lieu

 

Bibliothèque Louise Michel

Ce qu’on en dit dehors et dedans…

 

Sur les réseaux sociaux

Toutes les photos sont sous licence Creative Commons By

  • Slideshare
  • Flickr